Ballade vers le LAURAGAIS

photo1.jpg

Il y avait déjà un petit moment que les sacoches me manquaient, c’est pourquoi j’avais décidé de partir pour un petit circuit itinérant.

Justement il me manquait 2 BPF à valider en descendant sur Toulouse, je prenais donc la route ce jeudi 3 septembre pour une première étape direction Montauban.

Les kilomètres défilent sur des routes bien connues de nos circuits : Issigeac, Villeréal, Tournon d’Agenais.

Un petit stop café à Villeréal et c’est reparti les cheveux dans le vent et pour cause j’ai oublié mon casque !!!!!

Demi-tour et arrivée sous les quolibets de la patronne du bistro !!!

                                                                                                   La Halle de Villeréal

 

A par çà il fait chaud et je suis content de trouver un petit restaurant à Montaigu de Quercy (km 85), une bonne heure et demi d’arrêt et c’est reparti.

Pas terrible la digestion car les cotes se succèdent et la chaleur ne faiblie pas, la montée vers Lauzerte (encore une bastide) me donne une bonne suée mais le détour vaut le coup. Je reprends ma route direction Lafrancaise les paysages du Tarn et Garonne ne sont pas des plus intéressant, enfin j’atteins Montauban vers 16h30 une longue traversée de la zone commerciale m’amène jusqu’à mon hôtel…...fermé réquisitionné pour la quatorzaine COVID 19 ! Heureusement on me propose une chambre à l’hôtel d’en face chouette je n’aurais pas de kilomètres supplémentaires.

Bilan de l’étape 148 km.

 

Deuxième jour, aujourd’hui l’étape est beaucoup plus courte, je m’octroi donc une grasse matinée il est 9h30 lorsque je quitte les faubourgs de Montauban, le parcours relativement plat n’offre pas grand intérêts. Après Montbartier (12 km) je rejoins la piste du Canal des deux Mers qui longe le Canal de Garonne.

La voie verte est en bon état, c’est calme et tranquillité pendant environ dix kilomètres hélas je reprends la route en direction de Grenade sur Garonne.

C’est dans cette jolie bourgade que je fais tamponner mon BPF. La halle située au milieu de la bastide est une des plus grandes halles médiévales de France et date du XIII éme siècle, la pause café s’impose à l’ombre de sa magnifique charpente de chêne

Je reprends donc ma route en direction de l’agglomération Toulousaine. J’avais prévu de largement contourner Toulouse pour éviter la circulation, dommage car la route est parsemée de ronds-points et de ralentisseurs qui me font m’égarer souvent !

12h30 il est l’heure de s’arrêter pour casser la croûte coup de chance j’avais prévu de pique niquer et j’arrive à point nommé dans un joli village, Pibrac (km 50) dominé par la basilique St Germaine.

C’est sur une belle esplanade encadré par la basilique et l’église St Marie madeleine que je trouve un endroit ombragé pour déjeuner.

 

 

 

Je reprends la route après une petite sieste allongé sur un banc il fait très chaud (39°) et j’arrive à destination vers 16h00 pour retrouver mes amis après 97 km de parcourus.

 

Troisième jour, destination Cintegabelle pour mon deuxième tampon, le temps est couvert et il ne fait pas très chaud les jours ce suivent et ne se ressemble pas !

Aujourd’hui ce sera une demi-étape car je n’ai que 70 km à parcourir, heureusement car à environ une douzaine de km je tombe un os ! Une cote à 17% !!!!!!! Qui monte pendant presque 1 km les cuisses piquent….et je finis la cote à pied.

Passé ce « rampaillou »  j’arrive à Cintegabelle (32 km)  le retour ce ferra sans surprise et je finirais la journée au bord de la Garonne malgré un temps gris.

Bilan de l’étape 70km

 

Il est tant de reprendre la route du retour et c’est parti pour environ 100 km en direction Moissac.

De nouveau le contournement de Toulouse, après Fontenilles les automobilistes Toulousains n’étant plus là je retrouve la tranquillité mais le vent d’autan ralenti un peu ma progression.

Petit arrêt tranquille à Lévignac (46 km) et c’est reparti, la route en direction de Grenade est bordée de platanes qui diffusent leur ombre bienfaitrice mais tellement au bord de la route que les racines provoquent des ondulations violentes résultat je crève de la roue avant.

Heureusement je trouve de grosses poubelles qui me permettent de bien m’installer, et oui il y en a pour un moment car il faut que je démonte mes sacoches pour réparer. Ceci fait je remonte sur mon vélo pour me rendre compte que je suis aussi crevé de l’arrière !!!!!! Et c’est reparti démonte pneu, pompe chambre à air enfin vous connaissez la musique.

20 mn ont passé et je repars, il est déjà presque midi lorsque j’arrive à Grenade (62 km) connaissant déjà le village je continue ma route pour rattraper le Canal de Garonne où j’avais repéré un petit restau sur la voie verte.

J’avais juste oublié que nous étions Lundi résultat l’établissement est fermé.

Je reprends donc ma route avec toujours ce vent de face pour trouver une autre halte à Bessens (km 78). Bien restauré et après une bonne heure et demi je repars sur la piste du Canal. Passé Montech et son petit port j’aperçois en face de moi un maillot que je connais bien il s’agit de Pascale et Gérard Château qui descendent vers Toulouse, arrêt surprise donc pour nous raconter nos ballades respectives.

 

 

 

 

Retour vers Bergerac pour ce cinquième jour, départ 8h00 car la chaleur est encore annoncée. Dés la sortie de Moissac la route monte direction Bourg de Visa un parcours que nous avions emprunté avec Bernard et André lors de la randonnée du CODEP 47. Mais cette fois et contrairement à l’année précédente il fait un beau soleil et le vent à l’air d’être calmé.

A partir de Bourg (25 km) je me lance à travers de petites routes campagne….. le nez sur la carte je m’arrête à toutes les intersections pour être sûr de ne pas faire d’erreur et bien sûr pas de village pour une pause café, je finis par m’arrêter pour un petit ravito au pied d’un arbre. Après cette petite pause réparatrice je repars avec l’objectif de manger à Villeréal. Il est presque 13h lorsque j’arrive au pied de l’église fortifiée datant du XIII ém siècle.

Il fait chaud et je me pose à l’ombre pour un déjeuner réparateur après 86 km de parcourus.

Il reste une petite trentaine de kilomètres pour me ramener au bercail je suis sur des routes connues et bien sûr je m’égare un peu ce qui fait que j’arrive à la maison vers 16h00 avec 134 km au compteur.

 

Bilan final 570km pour 4000 m de dénivelé.

 

Me voici donc rentré à la maison ce voyage itinérant m’aura donné l’occasion de découvrir de jolis villages mais aussi des parcourir des routes nouvelles et également de compléter ma collection de BPF.

J’ai retrouvé le plaisir de la randonnée et du voyage qui respire une odeur de liberté et qui permet aussi des rencontres sympathiques.

 

A.Jonin

halle_Villeréal.jpg
photo 3.jpg
photo 4.jpg
photo 5.jpg
photo 6.jpg
photo 7.jpg

Ils font étape à Montech ils sont donc quasiment arrivé et en plus avec le vent dans le dos !

Pour ma part il ne me reste plus qu’une trentaine de kilomètres j’arrive donc a destination après avoir franchi le Pont canal du Cacor qui avec son tablier en brique et pierre enjambe le Tarn.

Accueil très sympathique à La maison d’Aliénor, une adresse à retenir tenue par Patrick et son épouse.

Nous passons la fin de soirée à discuter de Paris Brest Paris avec d’autres cyclos et Patrick d’origine bretonne et passionné par l’épreuve.

Au compteur pour cette journée 116 km.

présidentdans_l'effort.jpg

Un cyclo en itinérance (qui plus est un Président) se doit d'assurer sa subsistance...